Front Froid : cinq ans à aller de l’avant

La sortie du tome 5 de son collectif marquait en avril dernier les cinq bougies sur le gâteau de Front Froid, organisme sans but lucratif dédié à la promotion d’une certaine bande dessinée québécoise émergente. Les deux instigateurs du projet, Gautier Langevin et Olivier Carpentier, souhaitaient avant tout offrir une vitrine à la relève d’ici via une structure associative.

Comparé à quelques reprises au festival Spasm, Front Froid milite pour la même cause que ce dernier pour le cinéma québécois; c’est-à-dire offrir un renouveau au genre dans le paysage québécois du 9e art. À l’heure où les publications autobiographiques accaparaient la BD québécoise, l’arrivée du premier collectif Le Front était plus que bienvenue.

Publié annuellement et lancé systématiquement en avril durant le festival de BD francophone de Québec, Le Front présente cinq courtes histoires variant entre 8 à 16 pages réalisées par de nouveaux talents du milieu. Les récits choisis sont votés démocratiquement par les membres en règle pour l’année du tome. Moyennant une cotisation de 30 $, les membres bénéficient, entre autres, de participer à ligne éditoriale du collectif et de recevoir une copie gratuitement. L’adhésion est ouverte à tous mais doit s’effectuer avant le 1er septembre.

Idem pour les artistes, n’importe quel auteur ayant publié moins de trois albums peut soumettre un projet. Pour la plupart, il s’agit d’une première excursion professionnelle dans le monde de la BD. Soulignons tout de même parmi les récits publiés les contributions de Fred Jourdain, artiste de renommée internationale ayant récemment adapté Le dragon bleu de Robert Lepage en bande dessinée, Yvon Roy qui collabore régulièrement au journal Voir à titre de caricaturiste, et Michel Falardeau à qui l’on doit la trilogie Mertownville, Luck, ainsi que le très attendu French Kiss 1986.

Qui dit structure alternative dit aussi aspect inclusif où les artistes sont amenés à collaborer aux activités éditoriales. De nouvelles maisons d’édition dont Colosse, Pow Pow, et Trip adhèrent également à ce type d’organisation. C’est notamment lors de salons et d’événements que la troupe de Front Froid démontre sa collectivité et où ses auteurs offrent des dédicaces aux bédéphiles conquis.

Que ce soit…

En jubilant au festival de BD francophone de Québec.

En menant la garde au Comiccon de Montréal.

En passant incognito à Expozine.

Ou encore en bravant les intempéries au festival BD de Montréal.

En plus des collectifs, Front Froid se lance maintenant dans les albums complets. La nouvelle collection Anticyclone offre aux auteurs l’opportunité de publier un album de 40 à 60 pages. Émeute à Golden Gate, de Jeik Dion et Jeremy Kaufmann, représente la première publication du volet hors concours. Boum, alias Samantha Leriche-Gionet, qui a gagné le premier concours, nous présentera La petite révolution plus tard cet automne.

Outre les publications, Front Froid dispense des ateliers dans des milieux scolaire et culturel, et ce, toujours à des fins de sensibilisation et démystification du médium.

Avec maintenant cinq publications, une nouvelle collection d’albums solos, et une communauté d’artistes et de membres grandissante, Gautier et Oliver, maintenant directeur général et directeur artistique de l’organisme, ont bel et bien gagné leur pari.

Alors que la BD québécoise est en plein essor et que l’engouement de ses lecteurs est bien réel, souhaitons longue vie à Front Froid!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s